Ventes aux enchères • Droit de préemption • Responsabilité de l'administration • Propriété publique • Contrats publics • Droit de l'expropriation • Urbanisme Commercial • Immobilier • Droit de Construction • Fonction publique • Droit des étrangers • Droit de l'urbanisme

URBANISME : DE LA LEGALITE DES ZONES URBANISABLES NON CONSTRUCTIBLES DES PLU

URBANISME : DE LA LEGALITE DES ZONES URBANISABLES NON CONSTRUCTIBLES DES PLU

  • Con­seil d’E­tat, 30 juil­let 2021, n°437709

A une soix­an­taine de kilo­mètres d’An­necy, la Com­mune d’Avenières Veyrins-Thuellin avait décidé de restrein­dre la con­structibil­ité de cer­taines zones U (zones urbaines).

  • Dans la pre­mière de ces deux zones elle avait décidé d’in­ter­dire “les nou­velles con­struc­tions à usage de loge­ments, les con­struc­tions et instal­la­tions à voca­tion indus­trielle, les entre­pôts non liés à une activ­ité exis­tante, les nou­velles exploita­tions agri­coles, les ter­rains de camp­ing ain­si que cer­tains ter­rasse­ments”.
  • Dans la sec­onde, tout en n’in­ter­dis­ant pas des autres des­ti­na­tions de con­struc­tion, le PLU admet­tait “à des con­di­tions par­ti­c­ulières les étab­lisse­ments arti­sanaux, l’ex­ten­sion lim­itée des con­struc­tions exis­tantes, les piscines et les annex­es, les con­struc­tions nou­velles après lotisse­ment et les bâti­ments d’ac­tiv­ités exis­tants”. 

La Com­mune visait ain­si à per­me­t­tre des évo­lu­tions mineures des con­struc­tions exis­tantes tout en cher­chant à éviter l’é­tale­ment urbain, objec­tif qui s’im­pose aux auteurs des Plans Locaux d’Ur­ban­isme (L. 101–2 et L. 151–5 du Code de l’Ur­ban­isme). 

Dans sa déci­sion du 30 juil­let 2021, le Con­seil d’E­tat cen­sure l’ar­rêt de Cour Admin­is­tra­tive d’Ap­pel de Lyon qui annu­lait la délibéra­tion du con­seil munic­i­pal des Avenières Veyrins-Thuellin approu­vant le Plan Local d’Ur­ban­isme. 

La Cour jugeait illé­gaux ces deux arti­cles qui restreignaient les pos­si­bil­ités de con­stru­ire dans les deux zones U con­testées, car ils esti­maient qu’ils avaient pour effet d’in­ter­dire toute con­struc­tion nou­velle sur les ter­rains non con­stru­its.

La Haute juri­dic­tion admin­is­tra­tive ne partagera pas cette analyse. 

Le Con­seil d’E­tat rap­pelle qu’il appar­tient à l’au­torité locale de définir les par­tis d’ur­ban­isme, soit sa “vision d’ensem­ble du pro­jet urbain” (O. Fuchs, con­clu­sions sous l’af­faire CE, 3 juin 2020, Scté Inera, n°429515). 

Le Con­seil d’E­tat fait dès lors appli­ca­tion du principe clef de lib­erté des col­lec­tiv­ités ter­ri­to­ri­ales de définir la manière dont elles conçoivent l’amé­nage­ment urbain de leur ter­ri­toire (même déci­son). 

Il estime dès lors que la légal­ité des pre­scrip­tions par­ti­c­ulières du PLU qui étaient attaquées devait être appré­ciée compte tenu de ce par­ti d’ur­ban­isme. 

De plus, même si elle n’ap­pa­rait pas très dis­tincte­ment à la lec­ture de la déci­sion, le cœur du raison­nement du Con­seil d’E­tat est la notion de lutte con­tre l’é­tale­ment urbain et le mitage. 

Cette notion appa­raît claire­ment dans les con­clu­sions du rap­por­teur pub­lic.

Celui-ci estime que cet objec­tif implique que “cer­taines zones U devi­en­nent des zones à ne pas urbanis­er d’a­van­tage” (le rap­por­teur souligne). 

Le rap­por­teur, suivi en son raison­nement par les deux cham­bres réu­nies, estime que l’ob­jec­tif de lutte con­tre l’é­tale­ment urbain, qui incombe aux col­lec­tiv­ités (L. 101–2 et L. 151–5 du Code de l’Ur­ban­isme), serait mis à mal par la sanc­tion des restric­tions à la lib­erté de con­stru­ire en zones U. Il en déduit que la Cour aurait du en tenir compte dans l’ex­a­m­en de la légal­ité des dis­po­si­tions con­testées. 

Si cet objec­tif est louable, et si le con­texte rap­pelé par le rap­por­teur est incon­testable (les com­munes se doivent de par­ticiper à cet objec­tif), il n’en reste pas moins vrai que la solu­tion est à tout le moins baroque.

Des zones urbaines qui ne peu­vent pas être urban­isées, la notion sem­ble con­tre-intu­itive. 

Maître Jérôme OLIVIER


Avo­cat au Bar­reau d’ANNECY


Jean-Marie de POULPIQUET

Elève-avo­cat, Ecole de For­ma­tion du Bar­reau



EXTRAIT :

3. Il ressort des pièces du dossier soumis aux juges du fond que le règle­ment du plan local d’ur­ban­isme attaqué a insti­tué des zones Ud cor­re­spon­dant ” aux vil­lages, hameaux et groupe­ments bâtis exis­tants, situés en dehors de l’en­veloppe urbaine du cen­tre “. Dans ces zones, l’ar­ti­cle Ud 1 a inter­dit les nou­velles con­struc­tions à usage de loge­ments, les con­struc­tions et instal­la­tions à voca­tion indus­trielle, les entre­pôts non liés à une activ­ité exis­tante, les nou­velles exploita­tions agri­coles, les ter­rains de camp­ing ain­si que cer­tains ter­rasse­ments, tan­dis que l’ar­ti­cle Ud 2, qui n’in­ter­dit pas les autres des­ti­na­tions de con­struc­tions, a admis à des con­di­tions par­ti­c­ulières les étab­lisse­ments arti­sanaux, l’ex­ten­sion lim­itée des con­struc­tions exis­tantes, les piscines et les annex­es, les con­struc­tions nou­velles après lotisse­ment et les bâti­ments d’ac­tiv­ités exis­tants.

4. La cour admin­is­tra­tive d’ap­pel a jugé illé­gaux les arti­cles Ud 1 et Ud 2 du règle­ment du plan local d’ur­ban­isme, dont elle a estimé qu’ils avaient pour effet d’in­ter­dire la plu­part des con­struc­tions nou­velles sur les ter­rains non con­stru­its, au motif qu’un plan local d’ur­ban­isme ne peut légale­ment fix­er de règle générale ayant pour effet d’in­ter­dire la plu­part des con­struc­tions nou­velles sur des ter­rains classés en zone U sans que cette incon­structibil­ité ne soit jus­ti­fiée par un motif prévu par la loi. En stat­u­ant ain­si, alors qu’il appar­tient à l’au­torité locale de définir les par­tis d’ur­ban­isme que traduit le plan local d’ur­ban­isme dans le respect des dis­po­si­tions du code de l’ur­ban­isme, sans rechercher si les pre­scrip­tions retenues en l’e­spèce par le règle­ment des zones Ud situées en dehors de “l’en­veloppe urbaine du cen­tre” pou­vaient être légale­ment adop­tées compte tenu du par­ti d’ur­ban­isme visant à “recen­tr­er l’ur­ban­i­sa­tion”, tel que défi­ni notam­ment par les ori­en­ta­tions générales et par les objec­tifs du pro­jet d’amé­nage­ment et de développe­ment durables, la cour a com­mis une erreur de droit.” Déci­sion à retrou­ver sur le site Légifrance : https://www.legifrance.gouv.fr/ceta/id/CETATEXT000043878473?juridiction=TRIBUNAL_CONFLIT&page=1&pageSize=10&query=437709&searchField=ALL&searchType=ALL&sortValue=DATE_DESC

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.